Une introduction au Blues (2ème partie)

Dans la 1ère partie, pour enrichir notre accompagnement, nous avons rajouté à la sixte à l’accord.

Rajoutons maintenant la 7ème mineure.

Une première question se pose : nous avons jusqu’à présent parlé de septième, mais une 7ème mineure, qu’est-ce donc?

Nouvelle parenthèse

Revenons à notre gamme majeure de Do : do +1ton-> +1ton-> mi +1/2ton-> fa +1ton-> sol +1ton-> la +1ton-> si +1/2ton-> do

Nous avons vu que ré, la deuxième note de la gamme, peut être appelée “seconde”; mi, la troisième note, va être appelée tierce; et ainsi de suite (quarte, quinte, sixte, septième).

 

Ceci est évidemment valable pour toutes les gammes. Par exemple, celle de Sol :

sol +1ton-> la +1ton-> si +1/2ton-> do +1ton-> +1ton-> mi +1ton-> fa# +1/2ton-> sol

Dans cette gamme, la est la seconde; si, la tierce; do, la quarte; ré, la quinte; mi, la sixte; fa#, la septième.

 

Mais les notes qui se trouvent entre sol et la, la et si… comment les appeler?

I

seconde mineure

seconde majeure

tierce mineure

tierce majeure

quarte

quinte diminuée

quinte

sixte mineure

sixte majeure

septième mineure

septième majeure

I

do

do#/réb

ré#/mib

mi

fa

fa#/solb

sol

sol#/lab

la

la#/sib

si

do

sol

sol#/lab

la

la#/sib

si

do

do#/réb

ré#/mib

mi

fa

fa#/sib

sol

A contempler ce diagramme (qui porte le nom très digeste de “qualification des intervalles”), on remarque plusieurs choses :

  • j’avais un peu simplifié l’affaire : les notes que je nommais seconde, tierce, sixte et septième sont maintenant qualifiées de “majeures”
  • les notes dont je cherchais le nom juste ici plus haut s’appellent “mineures”
  • la quinte est soit appelée quinte (juste) ou quinte diminuée
  • la note do# peut être appelée réb, la# peut être appelée sib …. (ce sont les mêmes notes)

 

Et pour encore corser le tout, sachez qu’une quinte diminuée peut également être appelée une quarte augmentée, et qu’une sixte mineure peut aussi être appelée une quinte augmentée (non, je ne sais pas qui s’est amusé à tout compliquer).

Fin de la parenthèse

Nous parlions de 7ème mineure. Nous savons maintenant que pour l’accord de Sol, il s’agit de la note fa. Et donc, tadaaa…

Seconde variation sur les accords

Ajouter la 7ème mineure et passer de la quinte à la sixte à la 7ème mineure.

Pour l’accord de Sol (G), nous savons que sa quinte est ré (D : 3ème corde 2ème case), sa sixte majeure est mi (E : 3ème corde 4ème case) et sa septième mineure est fa (F : 3ème corde 5ème case).

Pour l’accord du degré IV, Do7 (C7) : sa quinte est sol (G : 4ème corde à vide), sa sixte est la (A : 4ème corde 2ème case), sa septième mineure est sib (Bb : 4ème corde 3ème case).

Pour l’accord du degré V, Ré7 (D7) : sa quinte est la (A : 1ère corde à vide), sa sixte majeure est si (B : 1ère corde 2ème case) et sa septième mineure est do (C : 1ère corde 3ème case).

Changer la structure de la grille d'accords

Nous allons remplacer l’accord du Ier degré qui arrive en 2ème mesure par un accord du degré IV.

I

IV

I

I

IV

IV

I

I

V

IV

I

 V

Ce qui nous donnera :

G

C7

G

%

C7

%

G

%

D7

C7

G

D7

Et voici un enregistrement dans lequel sont joués tous les enrichissements que l’on vient de voir :

“Ce n’est pas mal, mais ne pourrait-on rajouter encore une petit quelque chose?”

Le turnaround

Un turnaround, en blues ou en jazz, est une séquence d’accords que l’on va placer à la fin de la grille et qui va servir à relancer le morceau.

Il existe plein de turnarounds différents (autant que de types de Blues?), je vais juste vous en montrer un et l’analyser.

On va le placer dans les deux dernières mesures.

Plutôt que de jouer ces deux accords dans les mesures 11 et 12 :

Jouons ceci :

Expliquons la 11ème mesure. Elle comprendra :

  • l’accord I sur le premier temps
  • le 1er renversement de l’accord I sur le second temps
  • l’accord I diminué sur le troisième temps
  • l’accord V sur le quatrième temps
Un renversement????

Dernière parenthèse

Sur un ukulélé (comme sur tout autre instrument permettant de faire des accords d’ailleurs), chaque accord peut-être joué à différents endroits du manche (et donc prendre des formes différentes). Il sera toujours composé des mêmes notes, on aura simplement renversé l’ordre des notes composant cet accord. C’est pourquoi on parle de renversement.

Voici différentes formes de l’accord de Sol (G).

Pour notre turnaround, nous aurons besoin de la 1ère forme de l’accord (que nous connaissons) et du 1er renversement.

La composition des quatre formes, de la 1ère à la 4ème corde :

  • 1ère forme : si – sol – ré -sol
  • 1er renversement : ré – si – sol – ré
  • 2ème renversement  : sol – si – sol – ré
  • 3ème renversement : sol – ré – si – sol

On arrive à la fin

Voici où cela nous mène.

Il faut bien avouer que le renversement de G n’est pas des plus aisés à passer, surtout quand il faut changer d’accord tous les temps.

Et si on simplifiait un peu?

J’aimerais conserver ce chromatisme (quand la mélodie évolue de demi-ton en demi-ton, de case en case) sur la 1ère corde : 5ème case (ré), 4ème case (do#), 3ème case (do), pour terminer sur la 2ème case (si) dans la dernière mesure.

Plutôt que de jouer l’accord complet, je ne vais en jouer que deux notes de chaque accord, et ce sur les deux mêmes cordes pour que le déplacement soit plus simple à faire.

En toute fin, pour arriver à l’accord de Ré (D), je vais refaire un petit chromatisme : do – do# – ré (3ème corde à vide puis 1ère case puis 2ème case).

Récapitulons les changements vus dans cette seconde partie :

  • l’ajout de la 7ème mineure dans l’enrichissement des accords
  • l’arrivée de l’accord de degré IV en 2ème mesure
  • le turnaround pour terminer la grille

et hop, un petit enregistrement pour illustrer le tout?

“D’accord, mais si on veut jouer dans une autre tonalité que Sol”, vous dites-vous?
….